Quelle agriculture voulons-nous pour demain ?

Publié le par candidats.fi67

Compte rendu de la Réunion publique du 19 mai à Saint-Pierre
 
"Quelle agriculture voulons-nous pour demain ?" C'est pour réfléchir à cette question que sont venus hier une bonne vingtaine de personnes à la brasserie artisanale de Saint-Pierre.
Philippe Obrecht, du groupe d'appui de la France Insoumise de Saint-Pierre, était à l'origine de cette belle initiative. La réunion a commencé par un riche exposé sur l'agriculture industrielle et ses méfaits. Joseph Finantz, paysan installé dans le Haut-Rhin, a ensuite pris la parole pour expliquer son quotidien d'agriculteur.
 
Ayant choisi ce métier à quarante ans pour en vivre, et non pour en dégager un revenu, Joseph Finantz a développé son parcours et détaillé les réalités de son travail, sans idéalisation : des semaines de 85h en moyenne (avec des pics à 105h), des revenus financiers plus que modestes, mais également une totale indépendance dans les choix de culture et de production, le paysan et son épouse ayant choisi de ne dépendre d'aucune subvention.
 
Comment M. Finantz vit-il sa vocation ? Chez lui, pas de télévision, pas de téléphone portable, pas d'Internet. Les choix sont autres : des échanges de conseils entre voisins, qu'ils soient amateurs ou professionnels, des lectures variées, et des expériences toujours renouvelées. La curiosité intellectuelle qui découle de ce choix a évité au couple de s'enfermer dans la spécialisation : chez les Finantz, on élève les poules, on fait pousser la vigne, les tomates, on cultive les fruitiers, mais on s'occupe aussi des abeilles et de la fabrication de leurs ruches.
 
Il s'avère que le programme de la France Insoumise, L'Avenir en commun, promeut le mode de vie et de production choisi par Joseph Finantz. Rien d'étonnant à cela puisque le programme s'est construit sur les préconisations la Confédération paysanne et a tenu compte du travail de réflexion accompli par les paysans faisant vivre une agriculture écologique et paysanne.
 
Que retrouve-t-on dans ces préconisations ? La transition écologique de l'agriculture, le droit à une alimentation saine pour tous, la rémunération correcte des agriculteurs, le "bien-vivre" en milieu rural, la garantie de l'accès à la terre, le refus de l'artificialisation des terres, etc.
Quand les syndicats et le politique veulent construire la même société, de grandes choses peuvent s'accomplir ; n'est-ce pas ainsi qu'est née la Sécurité Sociale ? C'est ainsi que se développera sur nos territoires l'agriculture écologique et paysanne.
 
La soirée s'est finie vers 23h, après un bon repas chaleureux où tartes flambées et bières furent servies en abondance. Une mention spéciale pour Gérard Goepp son épouse, viticulteurs installés à Heiligenstein : nous les remercions de nous avoir fait savourer leur délicieux Klevener, cuvée Clément 2015 !
 
Merci également au personnel de la brasserie de Saint-Pierre pour son accueil, sa disponibilité, et son amabilité.
 
Janig Terrier, samedi 20 mai 2017
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article