2e circonscription

Publié le par candidats.fi67

Candidate : Christine Kaidi

Cadre fonctionnaire : Responsable de projet réalisation technique

Bénévole enseignante FLE et alphabétisation

Militante anti-nucléaire

Militante France Insoumise

 

 

 

Remplaçant : Jimmy Brunet

24 ans,

Professeur de physique chimie en collège et lycée

 

Enfant de travailleurs indépendants j’ai connu les fins de mois qui commencent des fois dès le début du mois. J’ai pu voir le monde des indépendants grâce à mes parents. Ceux qui connaissent le Régime Social des Indépendants savent que le système est malade. Et pourtant le remède proposé est l’ubérisation à outrance, le nivellement par le bas de tous nos acquis sociaux et la privatisation de nos beaux services publics.

J’ai aussi pu connaître, encore une fois grâce à mes parents, le monde du travail, l’intérim, le cdi, le changement de métier par survie… J’ai pu voir les conditions de travail inhumaines qui abîment l’homme aussi bien mentalement que physiquement, uniquement pour une histoire de profit, de rentabilité immédiate. Amasser plus d’argent, encore et encore, jusqu’à ne plus savoir quoi en faire. Voilà la devise de certains, pour qui tous nos jeunes devraient rêver d’être milliardaires. Ne pourrait-on pas simplement rêver d’être heureux ? D’avoir un avenir en commun ? De faire passer l’Humain avant l’argent ?

Jeune professeur, j’ai longtemps connu pendant mes études une situation économique difficile, m’obligeant à travailler en parallèle. Cette situation aurait pu être évitée si les idées de l’Avenir En Commun étaient mises en œuvre, car elle n’est souhaitable ni pour nos jeunes, ni pour la société. Mais nous sommes dans une époque où seul prévaut l’économie immédiation.

Je suis en plein cœur de notre système de service publique, étant professeur et ma femme étant infirmière. Je le vois s’écrouler sous mon impuissance totale. En 5 ans, les conditions de travail se sont dégradées à une vitesse inimaginable pour quelqu’un de l’extérieur. Le système ne tient que grâce aux individus, qui eux ont encore une vraie vision du service publique, mais cela ne pourra être éternel.

Le but est clair : rendre le système inefficace pour qu’il soit pointé du doigt, le remplacer par un service privé, plus cher pour le contribuable mais gratuit pour l’état. Une belle vision du progrès ! Notre réponse est claire : nous ne voulons rien de tout cela, et seul une majorité aux législatives pourraient nous donner la force de dire non.

Au cours de mes études de Chimie Verte Moléculaire et Supramoléculaire j’ai pu comprendre les enjeux environnementaux qui nous entourent ainsi que le terrible chemin que nous continuons à suivre. Et aussi le frein, de plus en plus serré, à toutes innovations écologiquement responsables, sous prétexte que le profit immédiat pourrait être plus grand en faisant autrement. Il me semble pourtant que notre écosystème est un enjeu d’une tout autre importance. Cet enjeu est primordial puisque nous faisons partie intégrante de cet écosystème. Il nous faut donc le protéger. Le CETA qui est un des derniers pas vers la mondialisation est un danger imminent auquel nous devons faire front, car il encourage la concurrence déloyale, la course au moins cher en dépit de l’homme et de la nature. Pour quelle étrange raison faudrait-il transporter des marchandises sur plusieurs milliers de kilomètres si elles sont productibles sur place ?

Pour toutes ces raisons, qu’elles soient démocratiques, égalitaires, économiques ou environnementales, je porte ma candidature en tant que suppléant à Christine Kaidi. Nous ne pouvons rester passif devant l’amplitude et l’urgence de la crise que nous traversons. Ce moment est probablement unique dans l’histoire car nous ne pouvons continuer ainsi, mais l’ancien monde s’accroche de toutes ses forces aux dernières ruines du système actuel. Le partage, la consommation raisonnée, la protection de notre environnement, l’amélioration de notre vie par l’avancé des acquis sociaux et l’existence d’un service publique de qualité font parties des objectifs visés par l’avenir en commun. La révolution citoyenne est en route, elle a besoin de vos forces.

 

Commenter cet article